Page

Bijoux autres créations…

A Propos de Mona Luison | Art Sculpture Textile (Emmanuelle Loison) | Upcycling

Réalisation de 2005 à 2007.

– « Alistor »

La bague « ALISTOR »  est un  » objet mémoire » reprenant les moulins à vent de notre enfance. Elle est mobile lorsque l’on souffle dessus ou quand notre main est en mouvement : les hélices se mettent en fonctionnement. Elle fait ainsi partie intégrante du corps comme prothèse du monde de l’enfance. C’est une bague à connotation personnelle car elle vient d’une histoire racontée à ma fille pour l’endormir :
« Il était une fois un petit avion qui avait deux hélices de chaque côté et qui s’appelait Alistor. Il avait fait la connaissance de beaucoup d’enfants mais il avait choisi de venir chercher tous les soirs, au moment où la lumière s’éteignait une petite fille qui s’appelait « Alwena » pour l’emmener tout en haut dans le ciel avec lui afin de visiter des mondes merveilleux… »

C’est ainsi que chaque soir depuis la naissance de ma fille, je commençais à lui conter une histoire pour lui ouvrir la porte du pays des rêves accompagné de son ami Alistor. Cette petite histoire me permettais de rêver à haute voix et de participer ainsi à une histoire extraordinaire: je voyageais avec eux. Je retournais dans le monde dit de l’enfance, je replongeais dans des histoires fantastiques. Mais avais-je déjà quitté ce monde ? Ne continuons-nous pas à rêver lorsqu’on est adulte, ne gardons-nous pas toujours l’envie de rêver, de se raconter des histoires ? Nous nous disons qu’autrefois seulement nous croyions aux histoires de Père Noël et de fées, comme si la croyance n’appartenait pas au monde des adultes, comme si nous n’étions que des êtres de raison ancrés dans la réalité concrète des choses, sans rêve, sans contradiction, sans folie. Nous vivons pourtant dans une réalité qui nous dépasse même si nous cherchons à la maîtriser. En considérant le merveilleux, le rêve comme étant du domaine exclusif de l’enfance, nous évitons de nous mesurer nous même, adultes supposés, à l’exigence du rêve, de la fiction, de l’effort pour ne pas mourir collé à l’immédiateté des choses,collé à une réalité supposée évidente du monde. Et cela encore, à l’échelle aussi bien individuelle que collective. Aujourd’hui nous demandons à la médecine et à la science, par exemple, de se charger de convertir nos fantasmes de toute puissance en réalité. Nous voudrions qu’elles nous aident à tourner le dos à ce que les créateurs de tous les temps et les enfants de toujours nous apprennent : il est vital de pouvoir mettre le monde en histoires et nous devons tenter de nous tenir toujours sur une ligne de crête entre réalité et fiction.
J’ai voulu ainsi réaliser un bijou comme trait d’union entre la réalité et l’imaginaire.
« Alistor » est un « objet mémoire » à mettre au service de ces rêveries.

"Alistor"

"Alistor"

« Mendel sonne… »

Quand la marche nuptiale sonne faux.

"Mendel Sonne"

– « Groupe sanguin »

Après avoir recherché la définition du bijou et de la broche, je me suis demandée où je la porterai et mon premier réflexe a été de la positionner sur le coeur.Je ne la voyais pas à une autre place et cette image du bijou sur le coeur je la trouvais très belle: mettre un »objet » de facture précieuse à l’endroit même où le processus de la vie est sans cesse renouvelé par cet organe extraordinaire qu’est le coeur. Après avoir étudié le fonctionnement du coeur, et son rôle dans le corps humain j’ai réalisé plusieurs croquis de broche reprenant sa forme, et illustrant le passage du sang. Mais je voulais aussi que cette broche soit mobile comme l’est notre corps, et qu’elle puisse indiquer notre groupe sanguin.

broche
« Groupe sanguin »